6ans

Il y a 10 jours, c’était l’anniversaire de Laurent. Il aurait fêté ses 6 ans. Le temps passe, la vie continue quand même et contre tout.

Il y a quelques semaines, E. me demandait :
– Maman, Laurent il est décédé han?
– Oui.
– Et dans combien de dodos il va revenir?
– Dans aucun dodo, il ne va jamais revenir.
– Mais non! Ça ne se peut pas! C’est dans combien de dodos, là là?
– Il est décédé : c’est ça que ça veut dire. Il ne va jamais revenir.
– Jamais?! Mais c’est troooop longgggg!!!

C’est long, c’est vrai. C’est tellement long faire face à l’éternité de la mort.

Cette saison d’anniversaire a été particulière. Ça a été un anniversaire fêté presqu’en solo. C’est difficile pour le moral. Je n’ose imaginer la détresse de ceux et celles qui ont connu cette année la mort d’une personne aimée.

Mon fils aurait eu 6ans. À la fin août, ça l’aurait été sa rentrée en maternelle. Je suis restée témoin, en silence et envieuse, de la rentrée scolaire des autres. J’aurais préféré vivre cette rentrée avec tous les échecs et les incohésions du système que pas de rentrée du tout.

Ça m’est arrivé à quelques reprises au cours de la dernière année que des gens oublient momentanément que j’ai deux enfants. « Ah oui c’est vrai… » Hé oui, c’est le pire cauchemar qu’un père ou qu’une mère endeuillé.e puisse vivre. C’est douloureux, tellement douloureux, à chaque fois. J’ai baissé les bras, je ne parle plus. Je subis en quelque sorte.

Lorsque je suis agenouillée et que je serre E. d’un bras, je m’imagine serrer Laurent de l’autre et retrouver enfin mes deux grands enfants contre moi. Laurent n’est plus, mais sa mémoire m’accompagne partout. Il est avec moi, toujours.

Hier c’était la fête des morts. Je prends ce temps pour souligner le passage de mon Laurent d’amour parmi nous. Et aussi pour vous inviter à vous recentrer sur l’essentiel. La vie est fragile et peut basculer à n’importe quel instant.

5 ans

Aujourd’hui c’est la fête de mon Laurent d’amour. Mon fils aîné.
Il aurait eu 5 ans.
5ans que nous avons passé sans le connaître ni le voir grandir.
Je voudrais tant le voir, l’écouter, le côtoyer, le câliner, l’aimer à fond.
Le prendre dans mes bras encore et encore, sentir son odeur.
Passer du temps avec lui, m’intéresser à ses passions et l’accompagner dans ses défis.

Lire la suite

Cendres et cicatrisation

Il y a certaines chansons que j’écoutais dans ces temps où le coeur me giclait de partout et dont je me remémore dernièrement.

Ces chansons de dévastation. Il y a tant d’êtres humainEs qui ont connu la guerre, le génocide, la profonde misère, la maltraitance impitoyable… qui ressortent meurtriEs de ces expériences cruelles de la vie mais qui réussissent, aujourd’hui, à se tenir (plus au moins bien) debout.

Lire la suite

Tourmentée

Des fois – souvent en fait – j’ai peur. Peur d’avoir trop souffert. Au point d’avoir maintenant épuisé tout mon amour pour Laurent, toute la flamme qui brûlait encore en moi pour lui. Je ne l’oublierai jamais, mais vais-je un jour oublier mon amour de maman comme les derniers 6mois m’ont laissé le présager?

Lire la suite

Fondre

… de tendresse
Devant ces sourires d’amour inconditionnel de ton petit frère
Avoir le coeur enrobé de chaleur
Le voir vivant, en santé, éveillé, resplendissant
Vivre ces instants uniques dans lesquels nous devenons fusionnelLEs

Lire la suite

Ma plaie béante (2)

Quand dans une famille un bébé meure, la première chose que la plupart des gens souhaite aux parents désemparé-e-s, de vive voix ou silencieusement, est une future naissance qui saura apaiser leur peine. C’est vraiment vraiment immanquable. Partout. Même les personnes les plus empathiques, ou les plus compréhensives, embarquent dans cette idée.

Lire la suite

Bonne fête mon amour

Mon amour, ton petit frère encore tout nouveau-né me prend beaucoup de temps et d’énergie. À un point tel que je n’ai pas pu passer dans le monde virtuel te laisser quelques mots pour ton anniversaire de mardi dernier. Malgré mon retard, et malgré que nous avons tout de même souligné la journée de tes 2ans dans le monde matériel, je tiens quand même à te laisser ici quelques mots.

Lire la suite